Syndrome Rotulien : Votre Podologue vous dit tout

par | Juin 4, 2021 | Podologue du sport

Syndrome rotulien : manifestations, origines, traitement, les essentiels sont ici

Le diagnostic de syndrome rotulien ou syndrome fémoro-patellaire est très fréquemment posé en cas de consultation pour douleurs au(x) genou(x), notamment chez les sportifs. D’où proviennent ces douleurs de la rotule externe ? Comment les soigner ? Votre podologue vous explique tout.

Qu’est-ce qu’un syndrome rotulien ?

Le syndrome rotulien correspond à une souffrance localisée sur l’avant du genou, entre la rotule et le fémur.

L’articulation fémoro-patellaire joue un rôle essentiel dans les mouvements de flexion et d’extension du genou et permet également de le maintenir stable. Lorsque la rotule est désaxée, cela engendre un frottement qui va conduire à une inflammation du cartilage rotulien puis à des douleurs lors de mouvements répétés comme la course à pied ou bien lorsque êtes en position assise prolongée.

Comment diagnostiquer un syndrome fémoro-patellaire ?

Le diagnostic se base essentiellement sur le déclaratif du patient qui se plaint de douleurs au(x) genou(x) lorsqu’il descend un escalier, lorsqu’il reste assis trop longtemps (signe du cinéma) ou lorsqu’il fait du sport.

Bien souvent, le patient décrit également d’autres symptômes comme :

  • Une sorte d’instabilité ;
  • Un genou qui lâche ;
  • Des craquements à l’intérieur du genou ;
  • Une sensation de blocage.

À l’examen, la rotule est souvent douloureuse et peut être accompagnée d’un épanchement articulaire.

Dans la majorité des cas, les bilans radiographiques reviennent sans anomalie, ils sont généralement prescrits en cas de doute afin d’éliminer une autre pathologie.

Quelles sont les origines des douleurs de la rotule externe ?

Les causes du syndrome rotulien sont nombreuses et peuvent avoir différentes origines.

Tout d’abord, il peut s’agir de facteurs anatomiques comme :

  • Les pieds plats ;
  • Les genoux en genu valgum (qui se rejoignent vers l’intérieur) ou en genu varum (qui partent vers l’extérieur) ;
  • Une jambe plus petite que l’autre ;
  • Une faiblesse musculaire du quadriceps.

Les douleurs peuvent se déclencher à la suite d’un traumatisme direct ou indirect sur la rotule. On retrouve par exemple :

  • La pratique sportive comme la course à pied sur bitume, le step, le cyclisme ou encore la randonnée de haute montagne ;
  • L’utilisation répétée des escaliers ;
  • Les situations qui nécessitent de rester assis de manière prolongée (cinéma, voyage, …) ;
  • Les activités manuelles comme la pose de carrelage ou encore le jardinage.

Le syndrome rotulien peut également survenir à la suite d’une lésion du ménisque, d’une entorse mal soignée ou en séquelles d’une intervention chirurgicale du genou.

Comment traiter un syndrome rotulien ?

En cas de douleurs répétées au(x) genou(x), il est conseillé de consulter un médecin généraliste ou un spécialiste du sport afin d’évaluer la meilleure thérapeutique à mettre en place.

Généralement, il est conseillé de réduire les contraintes fémoro-patellaires pour diminuer la douleur. Chez le coureur, par exemple, il s’agira soit d’observer une phase de repos totale soit de diminuer l’intensité de sa pratique afin de ne pas dépasser le seuil douloureux.

Le patient devra réaliser des séances de kinésithérapie afin de renforcer la musculature de ses quadriceps et ischiojambiers.

Enfin, une visite chez un podologue doit être envisagée afin de réaliser un bilan postural complet et mettre en place des mesures visant à éviter que les douleurs rotuliennes ne deviennent chroniques. Le podologue pourra prescrire des orthèses plantaires permettant de limiter les rotations internes et maintenir les genoux dans l’axe.

PRENDRE RDV

Les lundi, mercredi et vendredi  au sein de son cabinet situé à

Cabinet Paramédical Tourville
17, avenue de Tourville, Paris 75007